Plectrude était une femme de caractère, mais ses caprices pouvaient être aussi exagérés que ne l'étaient ses colères. Lorsqu'elle prenait son bain, elle exigeait la seule présence de son intendant et confident, Hector. Celui-ci devait se trouver près d'elle et entièrement nu. Il lui lavait les cheveux tout comptant les exploits de Mohamet.

- Et tu affirmes qu'il est envoyé de dieu ? Demanda Plectrude tout en s'aspergeant les épaules d'eau tièdes.

Plectrude aimait se faire conter les avantures de cet homme qui pourrait influencer durablement l'histoire du monde.

- Non, je n'affirme rien de tel. Ce que je dis, c'est que Mohamet semblait se présenter comme cela auprès des peuples qu'il rencontrait. Répondit Hector visiblement attiré par la poitrine dénudée de sa maîtresse.

- Et qu'en dit le pape? Questionna-t-elle

Hector poussa un profond soupir, comme pour montrer que la conversation commençait à l'ennuyer et qu'il avait autre chose en tête. Il finit cependant par répondre.

- Pour le moment il est intrigué par tout cela, d'après l'évêque Hubert, il se pourrait même qu'il rencontre un fidèle.

La dame de Herstal sorti d'un bon de sa baignoire en bois, laissant apparaître toute sa nudité. A cette époque être nu n'avait pas la même signification qu'aujourd'hui, les corps s'exposaient sans pudeur ni arrière pensée. Les uns étant généralement les serviteurs des auteurs tout se passait selon des règles bien définies et accepté par tous.

- Foutaise, Crois-moi, il faudra mater cette nouvelle pensée. Le monde n'a connu qu'un seul messie et il a fini sur la croix. Maintenant, occupe toi de moi. Ajouta-elle avec un regard malicieux.