Dans la vie, ont fait des rencontres, parfois des bonnes, parfois nuisible! C'est la sommes de ces rencontres qui fait ta vie. " La phrase est de mon oncle Roger Lee Mathieu. Il ne pensait pas si bien dire. Ma vie a été bouleversé par une rencontre, une seule! Au fait, je me présente, Jack Bye! Je vous préviens toutes les plaisanteries sur mon nom ont été faites. Je suis le dernier privé de Bruxelles, probablement le seul idiot qui fait un métier qui n'a plus aucun sens. La surmultiplication de la police a fini par stopper toute forme de violence. Ce qui, depuis quelques années, a fini par rendre notre chère police très sûre d'elle. Toujours est-il que malgré quelques crimes isolés mon occupation principale est d'attendre dans mon bureau qu'une affaire pousse la porte! Ce soir là, mon affaire avait de belle jambe, un regard d'allumeuse et des seins à rendre heureux le plus difficiles des nourrissons... Ce joli brin de fille entra donc dans mon bureau, Sans un mot elle s'assit sur mon bureau puis me fixa du regard et dit: "Monsieur Bye?"

"Oui c'est moi! Mais ce n'est pas mon anniversaire, même si j'apprécie la démarche des mes amis" Elle se redressa, sans doute flattée de savoir qu'elle ne me laissait pas indifférent...

"Monsieur Bye, j'ai besoin de vous! On Cherche à me tuer!" En un éclair je flairais la bonne opportunité, l'occasion que j'attendais sagement depuis 5 ans! Mon coeur se mit à battre à toute vitesse. Afin de feindre une habitude de la situation, je me levai pour fermer la porte. Une fois fermée je me tourna vers elle et pris mon air le plus sérieux, ma voix la plus grave:

"Et qui veut vous tuer?" Je pensais aussi que si elle désirait un garde du corps je me ferais une joie de la protéger de prêt, dans un bon lit de préférence...Mais la table suffirait!

"Je n'en sais rien du tout, mais c'est à vous de trouver non?"

"Oui, oui, bien sur, mais j'ai besoin quand même de certain indice pour savoir ou chercher. Avez-vous des ennemis?"

Je venais de me rendre compte que je ne savais même pas comment cette jolie fille se nommait.

"Mes ennemis, ne sont pas des dangers pour moi chercher plutôt du côté des me amis... voilà pour vos dépenses 1000 €, je vous en verserais autant chaque semaine ça ira? Évidement le but du jeu c'est que je reste en vie. Chaos!"

"Attendez! Si vous partez comment vous protéger? J'ai besoin d'information, qui êtes vous? Comment entrer en contacte avec vous?" Avec un sourire à faire tombé amoureux un moine, elle se retourna vers moi, s'approcha et m'embrassa... Agréablement surpris je sentis soudain mes pieds se dérober sous moi, au moment de sombrer dans l'inconscience j'entendis distinctement "Il est l'heure Miss Taylor"...

Je me suis réveillé quelques heures plus tard, avec un bon mal de crâne. Vous savez celui d'après la nouvelle année ou encore après un anniversaire trop arrosé. J'ai probablement dû être empoissonné par je ne sais quel produit qu'elle avait mis sur ses lèvres. A moins naturellement qu'on m'ai assomé? D'ailleurs, je vous l'accorde ces questions n'avaient pas réellement d'importance.

Je débutais mon enquête couché sur mon tapis, après avoir reçu un baiser d'une inconnue et 1000 euros. Assez inhabituel comme journée vous ne trouvez pas?

Finalement je me suis relevé sans trop de difficultés, je pris quelques glaçons qui traînaient dans mon frigo et me versais une bonne kriek bien mousseuse dans l'un des derniers verres propres qui me restait. Je m'allongeais quelques instants sur mon magnifique canapé noir et, les glaçons sur la tête je repensais aux dernières évènements.

Avais-je affaire à une folle? Si c'était le cas, pourquoi m'aurait-elle donné de l'argent? Mais pourquoi m'avoir assommé si elle était sérieuse?

Perdu dans mes pensées je sirotais mon verre de bière en essayant d'imaginer les lèvres pulpeuses de cette magnifique femme. Je fus sortis de mon songe par le petit bip avertisseur d'un envoi de nouveau mail. Je me levais donc pour me diriger à mon bureau.

Nouveau message de Tylor :

C'est encore moi, Monsieur Bye, désolé de vous avoir endormi mais j'y étais obligé afin d'éviter les soupçons. Vous devez savoir que les personnes qui cherchent à m'éliminer me suivent à la trace, je suis donc obligé de prendre certaines précautions. Même ce mail est surveillé, je suis donc obligé de vous envoyer un virus avec ce mail. Votre ordinateur se videra de ses données d'ici quelques jours. A chaque nouveau clic vous perdrez un peu plus d'informations.

Sensuellement votre, Miss Tylor.