Bernard s'adressant à Claire: Toujours est-il que nous nous retrouvons avec un village sur les bras.

Charles: Je savais que monsieur à le bras long.

Claire en direction de Charles: Oh vous ça suffit, ne vous mêler pas de la conversation. Allez plutôt me préparer un bon jus de fruit.

Charles: Bien madame.

Bernard visiblement dans son monde : J'ai une idée. Etienne est éperduemment amoureux de notre fille. Si je lui faisais croire qu'avec le rachat de cette concession il pourrait avoir la main de Magalie?

Claire qui a entendu les pensées de Bernard: Mais vous n'y pensez pas très cher. Notre fille n'acceptera jamais d'épouser cet homme stupide.

Bernard énervé: Il est stupide mais riche. Et puis je ne parle pas de l'épouser, mais de... disons de l'exciter quelque peu. Il se dirige vers le téléphone.

Bon c'est décidé, je lui demande de passer le week-end à la maison. Je l'aurai sous la main et je saurai le convaincre.

Allô? Etienne?Comment allez-vous? Magalie m'a demandé de vous inviter pour le week-end. Vous pouvez être là dans une heure? Très bien.

Une heure plus tard on sonne à la porte Charles va ouvrir.

Charles: Ah Monsieur Etienne, nous vous attendions avec impatience.

Etienne: Ma présence était-elle si désirée?

Charles: Elle était même indispensable au bonheur de cette famille.

Etienne charmé: ça me touche merci. Au fait, Mademoiselle Magalie est-elle là?

Charles: Non Monsieur, elle est à son cours de tennis, elle rentrera plus tard. Mais monsieur vous attends, je vais le chercher de ce pas.

Etienne: Merci bien

Bernard entre dans le salon

Bernard: Ah ce cher Etienne. Quel plaisir de vous voir.

Etienne: Tout le plaisir est pour moi. Quand vous m'avez dit que votre fille voulait me voir, j'ai accouru.

Bernard étonné: Ma fille?

Etienne: Ne m'avez-vous pas dit qu'elle désirait me voir.

Bernard, après un bref instant de surprise: Ah ma fille, Magalie. Elle à son cours de tennis, mais j'imagine déjà son visage d'ange épanoui quand elle vous verra.

Etienne: J'en suis ravi !

Bernard, se dirigeant vers une petite bibliothèque sort un atlas : Bon, laissons ma fille à ses professeurs et parlons de choses sérieuses. Connaissez-vous les coulignaris?

Etienne: Non, est-ce un nouveau groupe de rock?

Bernard en parlant pour ne pas être attendu: C'est ça crétin... Non, il s'agit d'une peuplade de Gambie, il possède une petite mine de diamants.

Etienne perpelexe: Fort bien, mais ou voulez-vous en venir.

Bernard prenant l'atlas et s'asseyant près d'Etienne: Figurez-vous que ma femme vient d'hérité du village et de la mine.