Sur le Galbator, le lieutenant Nastasi était toujours enfermé en compagnie de ses pilotes. Voilà maintenant plus de vingts-quatre heures qu'ils étaient tous prisonniers, cette situation devenait insupportable pour beaucoup. Le second classe Hiller, fut le premier à se révolter. Afin de tester la puissance du rayon bleu qui les séparaient de la liberté, il prit une petite boîte en carton qui traînait dans un coin de la cellule puis la jeta sur les lasers. Elle fût instantanément détruite. La vision de ce carton pulvérisé fit augmenter encore un peu plus la tension et le désarroi qui régnait parmi les pilotes.

- C'est tout ce que tu as trouvé pour passer le temps? Demanda un des soldats

- J'essaye de trouver un moyen de sortir d'ici fit Hiller. Tu ferais bien de m'aider plutôt que de rester à ne rien faire.

- Tu perds ton temps et je n'ai pas envie de jouer pour le moment, répondit le pilote

Nastasi, qui sentait la tension monter rapidement, saisit l'occasion pour prendre la parole.

- Ecoutez tous, fit-elle en se redressant. Je sais que vous avez envie de sortir, que vous n'avez pas le moral. Mais nous devons tenir. Elle hésita un instant avant de poursuivre, puis décida d'aller jusqu'au bout de son idée. Quand nous serons entre les mains de Wy-dadou, les choses seront différentes et nous pourrons peut-être nous battre pour rejoindre le victory. Les pilotes qui l'entouraient eurent un long moment d'hésitation. Certains voulaient lui dire qu'elle déraillait, que Wy-Dadou était membre du Victory et par conséquent ils ne devraient pas lutter contre lui. A la surprise général c'est Hiller qui compris le premier. Il s'empressa de le faire savoir.

- Mon lieutenant, je pense pouvoir parler au nom de tout le monde, nous nous ferons un devoir d'affronter Wy-dadou et de tout faire pour retrouver le Victory.

Nastasi fusillait du regard tous ces soldats. Il fallait jouer serrer. Elle se savait écoutée par Dy et il était vraiment primordial qu'il ne se doute pas que le Providien avait changé de camps. La ruse se mettait doucement en place. Leur sort était désormais lié au commandant Dejond, qui, à une année lumière de là, donnait ces dernières ordres pour préparer leur sauvetage.