Quand Dejond arriva au hangar Beta, tout l'escadron était en effervescence. Chaque pilote préparait son appareil avec minutie. Pour eux, il s'agissait d'un rituel sacré. Leurs vaisseaux étaient plus pour eux qu'un assemblage de tôles. Ils considèrent leur appareil comme un être vivant ! certains n'hésite pas à leur parler. Il est vrai que la vie d'un pilote n'est pas facile. Ils risquent leur vie à chaque instant, ce qui ne facilite pas une vie sociale épanouie. Finalement la seule chose en qui ils ont une confiance et un amour sans limite c'est dans leur cobra Z-O !

Malhax était toujours très nerveux, il donnait des ordres sans queue ni tête et hurlait à la moindre contrariété.

- Mais enfin, imbécile des planètes inertes, si tu ne branches pas le compresseur dynamique tu imploseras dès que tu quitteras le victory!

- Mais Commender, protesta timidement le pauvre pilote ! Si je le banche à l'intérieur la pression sera deux fois supérieurs à la normal et je risque de faire un malaise.

Avant même que Nataniel puisse dire un mot de plus Dejond les avait rejoint et sorti le pauvre soldat d'une situation compliquée.

- He bien que ce passe-t-il ici? Demanda le commandant

- Monsieur répondit Malhax, je suis occupé à enseigner le pilotage à cet abruti

Le Commandant Dejond restait calme. Pourtant, il détestait profondément les insultes gratuites, mais il avait aussi pour principe de ne jamais remettre en question le commandement d'un de ses officiers. Casmir renvoya donc le pilote à son travail et se retourna vers Malhax en le foudroyant du regard. Celui-ci se sentant en défaut attaqua verbalement son supérieur.

- Si ce pilote ne connait pas les consignes élémentaires de sécurités je suggère qu'il soit interdit de vol. Il risque la mort pourtant.

Dejond resta très calme et continuait à fixer du regard les yeux du commander. Un long silence se fit entre les deux hommes avant que le commandant du Victory ne prenne la parole.

- Ecoutez-moi bien ! Que vous soyez inquiet pour votre femme d'accord. Je suis même prêt à excuser votre comportement agressif envers moi. Mais vous traumatisez un de nos pilotes sans raison. Nos pilotes sont des professionnel aguerris. Chaque jour il risque leur vie pour nous protéger vous, votre femme et tout le vaisseau. Je ne peux pas vous laisser saper leur moral. Alors ouvrez bien les oreilles. Par respect pour vous et par amitié je vous laisse participer à la mission de sauvetage. Mais une fois de retour ici vous serez suspendu et consigné dans vos appartements. Si je vois que vous redevenez l'officier raisonnable et compétent que vous étiez il y a quelques jours, alors je vous laisserai à nouveau intégré dans la chaine de commandement.

Malhax contrairement à ce Dejond S'attendait pris la chose assez calmement.

S'il n'avait pas été un guerrier aguerri, il aurait même pu verser quelques larmes. Il est vrai que Nataniel ne savait plus très bien où il en était. Il se trouvait au milieu des cobra Z-O du hangar béta, entouré de pilotes qui considéraient cette mission comme banale et lui ne pensait qu'à sauver sa femme. Il prenait le calme des pilotes pour du dédain. Dejond venait de le remettre à sa place, grâce à cela il comprenait soudain qu'il perdait pieds. Malhax voulu parler, remercier son supérieur de l'avoir secoué, remis dans le droit chemin. Il était Officier du plus grand vaisseau de la race humaine. Même s'il était ivre de tristesse, il ne pouvait laisser ses sentiments personnels interférer dans son commandement. Toutes ses émotions, l'empêchait d'affronter le regard de Dejond. celui-ci n'insista d'ailleurs pas et s'en alla donner ses ordres à la compagnie Béta pour le départ.