Je profitais de ma soudaine solitude pour penser à tous les évènements de ces derniers jours. Il y a une semaine encore j'étais chez moi en train de préparer mes leçons et aujourd'hui je me retrouve seul au monde dans cette agence dans un pays inconnu. C'était beaucoup pour un homme qui n'a jamais recherché l'aventure. Je repensais aussi au crâne. Comment était-il possible d'un homme vivant à une époque ou le feu était considéré comme magique, pouvait se retrouver avec un impact de balle de fusil ? La curiosité et surtout l'envie de savoir, me décidèrent de rejoindre une heure plutôt que prévu, le docteur Largusen.

Je le retrouvais, toujours en compagnie de Nicolas Brices. Le docteur était occupé à analyser une partie du crâne au microscope électronique. Je me raclais la gorge afin de faire comprendre aux deux hommes que j'étais présent.

- Ah vous voici déjà ? Fit Largusen d'un air dépité. Je n'ai pas vu le temps passé. Il faut dire que cette découverte est très intéressante, pas vrai Nic?

- Effectivement professeur ! Répondit Nicolas qui pianotait sur un clavier d'ordinateur. Mais nous n'avons pas perdu de temps. Nous avons pu établir avec certitude l'âge d'Hector et nous savons aussi qu'il s'agit bien d'une balle de révolver. Du calibre 45 pour être exacte.

- Et Qu'elle est l'âge d'Hector? Lui demandais-je?

- Environ quatre mille ans. Répondit Largusen. Bien sûr je peux me tromper, mais la marge d'erreur est d'environ cent ans.

Je restais perplexe, je n'arrivais pas à concevoir qu'un homme néandertalien puisse recevoir une balle de révolver. Il y avait certainement une explication logique à toute cette histoire. Mais le plus important était naturellement d'avoir une version plausible pour le grand public. Je décidais donc de continuer à diviser mon équipe en deux groupes, Nicolas et Largusen devront trouver l'explication réel. Quant à Nancy et moi, nous nous occuperons de la version populaire.

Je remontais donc dans la grande salle du quatorzième étage, l'endroit où j'avais été accueilli dès mon arrivée, afin de retrouver Nancy Fontaine. L'aménagement de la pièce était assez particulier. IA1 occupait l'espace central et les bureaux étaient disposés autour de l'énorme serveur. Un clavier et un écran holographique se trouvait juste en face de l'ascenseur.

Je contournais par la gauche l'énorme central informatique, pour me rendre directement au bureau de Nancy. Malheureusement je ne la trouvais pas. Je décidais donc d'attendre son retour. Comme l'attente se faisait longue, je profitais d'être seul dans son bureau pour jeter un coup d'oeil discret sur son bureau. Je pouvais constater qu'être belle et ordonnée n'était pas forcément compatible. Le désordre qui régnait sur ces meubles avait quelque chose d'artistique. Tous les objets, toutes les feuilles s'entre croisaient de tels façon que l'on pouvait croire que c'était voulu. Sur le bureau on pouvait distinguer une photo d'elle en compagnie d'une jeune enfant. Toutes deux semblaient heureuses. Cette photo me rappelait combien mes proches me manquait. Comme si elle avait senti mon mal être, Nancy arriva dans la pièce. Comme elle m'apercevait au travers la longue vitre qui séparait les différentes pièces, elle eu un beau sourire.

- Alors, Gaston, vous m'attendiez? fit-elle d'un air enfantin

- Oui, je voulais me mettre au travail rapidement et trouver avec vous une réponse à donner à la population.

- Oh, moi qui croyait que vous vouliez me dire bonjour, je suis déçu. Dit-elle d'un air coquin.

Je n'avais plus l'habitude de ce genre de choses et je ne savais pas si je devais rire au prendre au sérieux ce qu'elle me disait. Je choisis l'option du rire et enchaîna.

- Mais l'un n'empêche pas l'autre, j'aurais pu rester avec Nicolas. Répondis-je.