Le dialogue ! Voilà quelque chose qui est vraiment surfait. Parler ! Pourquoi?

Pour dire quelques choses me direz-vous? Mais justement si je parle vous saurez ce que j'ai à dire, pire vous l'aurez entendu. Mais si je ne dis rien, je garde ce petit plus qui me rend si spécial. Par exemple vous voyez une personne en rue qui s'approche de vous et qui fait mine de vous parler. Là vous êtes heureux anxieux de savoir ce qu'il va dire, curieux de découvrir le son de la voix. Mais une fois qu'il vous parle hop, ça s'envole. La personne devient ordinaire ou pire familière.

Sans oublier que vos paroles peuvent être mal comprises ou se retourner contre vous. Si je vous demande si tout va bien. Eh bien vous êtes en droit de vous poser la question de savoir si je vous la pose dans un but intéressé? Si vous vous dites malade j'en profiterai peut-être pour vous vendre un médicament révolutionnaire.

Si vous allez bien je vous sauterai peut-être dessus et vous torturerai. Non vraiment, le mieux dans le dialogue c'est le silence.

Il y a des silences lourds et pesant, menaçant, comique, érotique, charmeur, parfumé. Oui, un silence c'est bon et c'est bien.

J'aurais dû rester fidèle à moi-même et me taire quand toute cette affaire a débuté. Si je n'avais rien dit, on ne m'aurait pas pris pour un fou et je serai dehors en train de chasser miss Tylor.

Je ne vous ai pas dit? Elle est revenue, je l'ai vue. J'ai entendu une conversation entre elle et un de mes psychanalystes. Cet andouille de Docteur Forman ne sait pas que je les écoute depuis plus d'une heure. Quand je vous disais qu'il n'y a rien de mieux que le silence.

Cette fois mon plan est parfait, je vais simuler une crise, comme toujours ils vont vouloir m'attacher et me faire une "petite piqûre", mais juste avant, je vais m'échapper et sortir de ce maudit hôpital. J'y vais...

quelques instants plus tard Jack Bye se réveilla au côté de sa femme qui lui dit:

"Bonour Jack, tu as fait un mauvais rêve, tu veux m'en parler?"