Le spin of de l'univers fantastique de Nanard

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

avr. 10

Interview exclusive de Tael'c

Bonjour à tous,

vous en avez l'habitude, ou pas, j'aime m'auto interviewé. Cela donne d'ailleurs parfois de beaux délires. Aujourd'hui, pour des raisons que vous comprendrez, ou pas, je vous propose une interview entre Spin of et Tael'c, les deux présentateurs vedette de mes deux blogs.

Spin of: He bien merci Nanard, ceci mérite en effet une explication. Il y a deux blogs, l'un est ici l'autre se trouve ici: www.nanardbe.canalblog.com. L'un est présentateur de ce blog, autrement dit : moi. L'autre est le présentateur vedette de l'autre blog : Tael'c. Alors, Tael'c bonjour. Pour commencer pourquoi le boss t'as appelé comme cela.

Tael'c: Bonjour ! Mon nom vient d'un personnage très célèbre dans une série tout aussi célèbre Teal'c Le Jaffa puissant de la série Stargate SG1. Je m'appelle donc Tael'c en l'honneur et un parodie de cette superbe série.

Spin of: Hum, en fait nanard n'avait pas d'imagination et a trouvé n'importe quoi

Nanard: Attention Spin...

Tael'c: ben oui, ce n'est pas très gentil ça...

Spin of: Hé ho le nouveau tu ne vas faire le lèche botte ! Si tu nous parlais du blog plutôt.

Tael'c: L'univers fantastique de nanard est le premier blog de nanard, il y parlait de tout et surtout de lui. Mais avec le temps ses visites sont devenues rares et il m'a créé pour relancer l'intérêt.

Spin of: Mwoui... Et tu penses que ça va marcher?? Et il va parler de quoi ce blog miracle?

Nanard: spin ne soit pas jaloux

Tael'c: C'est vrai ça, ne soit pas jaloux, tu resteras le blog littéraire. Mon blog sera un peu plus décalé, parlera des perversités de l'actualité, surtout belge. Une sorte de guignol de l'info, mais sans marionnette...

spin of: Et c'est tout? C'est un peu court non?

Tael'c: Ben normalement il devrait y avoir aussi une série qui passe de chez toi à chez moi et quelques nouveautés a découvrir au fur et à mesure. Il faut aussi dire que tout cela prend du temps... Et qu'il est difficile de trouver des choses originale tous les jours...

Spin of: et bien merci Tael'c j'imagine que nous serons amenés à nous voir beaucoup... Donc à bientôt

Nanard: Bravo les gars

Tael'c: "bonjour maman" !

avr. 9

Tagué par la slameuse...

J'ai été tagué par la (chouette) Slameuse.

Le but est simple je dois dire 7 choses sur... moi

Et aussi tagué d'autres personnes... Donc, Hataway, Bigou, Trent, Lilounette et Cyrielle.

Chose 1) Nanard n'est pas mon vrai nom.

Chose 2) Je ne suis pas une femme

Chose 3) J'aime manger des chips en regardant Stargates

Chose 4) J'aime aussi manger du fromage en regardant Stargates

Chose 5) Je suis très riche

Chose 6) Je mens parfois

Chose 7) La meilleure chose qui me soit arrivée c'est de rencontrer ma ju d'amour... (oh que c'est beau)

Chose 8) Je ne sais pas compter...

Belle journée

avr. 6

Résultat du sondage

Depuis que je connais nanard, ma vie a:

Changé au point que je ne vis que pour le servir 55.56 % 5


N'a pas changé, en fait nanard, c'est juste un contact sur le net 11.11 % 1

a évolué, mais Nanard n'y est pour rien 0 % 0

s'est illuminée car j'adore ce que Nanard fait 0 % 0

Mais bordel, c'est qui ce Nanard dont on me parle tous le temps? 33.33 % 3

A noté qu'il y en a 3 qui ne savent pas qui je suis...

avr. 1

Le retour d'un blog

Nanardbe, Jack Bye, Lucien Willem, Casimir Dejond, Junion Caesar, Benjamin Vanharteveld, Miss Tylor, Charles Martel, Gaston Leburton et Spin-Of sont heureux de vous annoncer le retour à la vie du Blog : l'univers fantastique de Nanard

Consultable ICI

Comme vous pourrez le lire il y a pas mal de changement sur ce blog et on en promet bien d'autres. Une série devrait émigré sous peu et d'autres aventures devraient s'y développer dans les prochaines semaines.

Bonne découverte et à bientôt sur l'un des blogs de Nanard

Nanard adapté à la télévision belge

La nouvelle est tombée ce matin! C'est officiel et confirmé par la RTBF et les journaux

J'avoue que je n'en crois pas mes yeux ni mes oreilles.

La société de production cinématographique de la RTBF vient d'annoncer l'adaptation pour la télévision du "journal d'un soldat à Loncin" et va en racheter les droits pour la diffusion d'un téléfilm.

Nous ne savons pas encore qui jouera le premier rôle, mais nous savons déjà que Jacques Mercier pourrait faire ses débuts cinématographiques en interprétant le Rôle du Général Léman.

L'auteur pourrait également se voir proposer un rôle.

"Ce livre est un hymne à la Belgique et je suis fier de pouvoir le réaliser" à déclarer quant à lui John F. Khot, le réalisateur Bruxellois bien connu.

Avec la diffusion de téléfilm la RTBF à l'intention de mettre en place une série de docu-fiction racontant l'histoire de la Belgique. Bernard W. Pourrait parfaitement scénariser tous les épisodes.

Affaire à suivre

mar. 30

La chute des Mérovingiens 6

Leur ébats terminée, Plectrude, comme elle en avait pris l'habitude, commença à laisser échapper ses pensées auprès d'Hector d'Aix. Lovée dans les bras de son jeune amant, la veuve de Pépin de Herstael rageait contre son beau-fils et le roi Dagobert.

- Méchant petit roi, dit-elle en caressant le bras de son serviteur.

- Puis-je vous être d'une quelconque utilité? Demanda Hector d'un air naïf et détaché.

Plectrude se retourna sur elle-même, écrasant par la même occasion sa poitrine dénudée sur le torse velu du jeune homme. Elle le regarda dans les yeux un long moment en silence. Soudain elle sourit et l'embrassa puis, elle se redressa légèrement.

- Je voudrais que tu le tue. Dit-elle tout en l'embrassant.

Hector triomphait, c'était la seconde fois qu'on faisait appel à lui pour ce genre de tâche. D'abord, pour Grimoald, maire de Neustrasie, assassiné alors qu'il se rendait au chevet du duc de Herstael. Il avait réussi à faire accuser un pauvre rebelle qui avait eu le tord de croiser sa route. Mais Plectrude lui demandait d'assassiner le roi sans jamais se douter qu'il avait déjà assasiné son fils. Cruelle coincidance dont Hector s'amusait. Avec une tel proposition, il était certain qu'elle ne lui refuserait plus rien. Il se voyait déjà maire du palais d'Austrasie. Toujours allongée sur le torse de son amant, Plectrude avait imaginé un scénario qui, si les choses se passaient comme elle l'espérait, pouvait faire d'elle la personnalité la plus importante du royaume des Francs. Avec la mort de Dagobert, elle espérait que le Duc d'Austrasie s'allie avec le maire du palais de Neustrie, Raganfred afin de nommer Chilpéric comme roi. Si c'était le cas, elle aurait alors une bonne occasion pour lever une armée et chasser une bonne fois pour toute deux de ses puissants ennemis. Hector quant à lui espérait épouser Plectrude et devenir ainsi maire du palais d'Austrasie. De ces deux personnages, il n'y en avait pas un pour imaginer un seul instant que la révolution qu'ils croyaient préparer pourrait se retourner contre eux.

Pendant ce temps-là, Charles et son ami Henri de Haiseult chevauchaient à grand galops, en direction du nord vers la ville de Metz. Dans les jours qui suivi son évasion, Charles de Herstael avait décidé de s'éloigner un maximum de Plectrude et de ses acolytes. Quand ils arrivèrent en vue des fortifications de la ville, la nouvelle de sa libération avait déjà fait alimenter bien des conversations. Metz était la capital de l'Austrasie, bien que Plectrude et son père, Pépin, préféraient demeurer dans leur château de Herstal, le centre de l'Austrasie était cette belle ville de Metz.

- Enfin, dit Charles en apercevant les contreforts de la ville, tu peux me croire, rien ne pouvait me faire plus plaisir aujourd'hui que de rentrer dans ma capital.

- Monseigneur, ne craignez-vous pas de ne pas y être le bienvenu? Demanda Henri

Tout en caressant les flancs de son cheval, Charles observa un moment Le conte d'Haiseult, comme s'il ne comprenait pas le sens de ses paroles. Après tout, n'était-il pas l'héritier légitime de son père défun?

Semblant deviner l'interrogation de son ami, Henri osa quelques explications.

- Plectrude est certes la plus mauvaise des femmes, mais elle pense à Théodobald, lui aussi est légitime.

- Cet enfant de six ans? S'emporta le Duc d'Austrasie

Grand grand concours

Vous le savez, Nanard n'aime pas faire les choses comme les autres.

C'est pourquoi en exclusivité sur ce blog je vous propose l'organisation d'un grand concours de nouvelles.

Le principe est simple.

Je vais vous demander d'écrire une nouvelle d'environ une page A 4. Le sujet devra être : l'amour / policier.

Pour faire simple, une nouvelle d'amour avec une intrigue policière.

Les nouvelles devrons être envoyé par mail à l'adresse suivante: [email protected] au plus tard le 15 avril 2009 à 10h du matin.

En fonction des inscriptions un jury pourrait être confectionné.

Ce que l'on gagne? Le meilleur sera naturellement publié sur mon blog et le gagnant recevra le très officiel prix:

Prix Nanardbe.

Bonne chance à tous

Spin s'ennuie

Bonjour à tous, c'est spin-of... Mais si, vous savez bien, je suis le mec qui interview sur ce blog...

Ce que je fais là? Bonne question... En fait je ne sais pas moi-même. J'allais commencer à lire les bêtises que mon maitre poste ici, puis paf... Je me suis retrouvé dans ce billet.

Comme j'y suis, vous allez certainement pouvoir m'aider.

Voilà, j'ai un soucis, vous le savez, je réalise régulièrement des interviews. Je pourrais me contenter de cela, mais j'en ai un petit peu marre de voir des héros sortir de tous les coins de ce blog et moi j'en 'ai pratiquement rien à faire... Oh vous allez me dire, ce blog porte déjà ton nom et tu interroges des personnes super. Mais voilà je veux plus.

J'ai besoin de vous. Aidez-moi à trouver une autre activité sur ce blog.

...

Si tu as envie d'aider spin-of à prendre de l'envergure, propose tes idées... La meilleure sera choisie par Nanard.

Résultat du sondage

Ce qui représente le mieux la Belgique c'est:

Les frites 50 % 5

sa complexité politique 20 % 2

son équipe de foot 0 % 0

Nanard ! il est certainement le meilleur belge 20 % 2

le roi, la reine et le petit prince 10 % 1

Nombre de votes : 10

On remarquera que deux d'entre vous on trouvé la bonne réponse... Bah oui, je représente le mieux mon pays...

mar. 26

Résultat du sondage

De Nanard, car ce qu'il fait est supernanaratoire 25 % 1

Jack Bye 0 % 0

Victory 0 % 0

Merovingien 0 % 0

La piéce de théâtre 0 % 0

De beaucoup de choses, mais pas des séries de Nanard 0 % 0

Je ne suis pas fan, mais j'aime bien ce que Nanard écrit 75 % 3

Nombre de votes : 4

Et oui peu de vote et surtout personne n'est fan de moi... snif

mar. 25

La chute des Mérovingiens 5

Plectrude était une femme de caractère, mais ses caprices pouvaient être aussi exagérés que ne l'étaient ses colères. Lorsqu'elle prenait son bain, elle exigeait la seule présence de son intendant et confident, Hector. Celui-ci devait se trouver près d'elle et entièrement nu. Il lui lavait les cheveux tout comptant les exploits de Mohamet.

- Et tu affirmes qu'il est envoyé de dieu ? Demanda Plectrude tout en s'aspergeant les épaules d'eau tièdes.

Plectrude aimait se faire conter les avantures de cet homme qui pourrait influencer durablement l'histoire du monde.

- Non, je n'affirme rien de tel. Ce que je dis, c'est que Mohamet semblait se présenter comme cela auprès des peuples qu'il rencontrait. Répondit Hector visiblement attiré par la poitrine dénudée de sa maîtresse.

- Et qu'en dit le pape? Questionna-t-elle

Hector poussa un profond soupir, comme pour montrer que la conversation commençait à l'ennuyer et qu'il avait autre chose en tête. Il finit cependant par répondre.

- Pour le moment il est intrigué par tout cela, d'après l'évêque Hubert, il se pourrait même qu'il rencontre un fidèle.

La dame de Herstal sorti d'un bon de sa baignoire en bois, laissant apparaître toute sa nudité. A cette époque être nu n'avait pas la même signification qu'aujourd'hui, les corps s'exposaient sans pudeur ni arrière pensée. Les uns étant généralement les serviteurs des auteurs tout se passait selon des règles bien définies et accepté par tous.

- Foutaise, Crois-moi, il faudra mater cette nouvelle pensée. Le monde n'a connu qu'un seul messie et il a fini sur la croix. Maintenant, occupe toi de moi. Ajouta-elle avec un regard malicieux.

mar. 23

Interview exclusive de Cyrielle

Bonjour à tous,

Aujourd'hui j'ai la joie, le plaisir et la fierté de rencontrer Cyrielle, une blogeuse et dessinatrice de talent. On l'applaudit bien fort ! Non, plus fort... oui toi aussi !

Spin-of: Alors, ça te fait quoi d'être sur le blog de Nanard?

Cyrielle :Ouh ! C'est un grand honneur pour moi ! Je suis toute chamboulée !

C'est ma première interview!

Spin-of: N'aie pas peur, cela ne fait pas mal. Naturellement je comprends ton trouble, se retrouver devant le grand Spin-of, c'est quelque-chose.

Nanard: Hé ho, du calme hein, n'importe qui peut faire ce que tu fais. D'ailleurs je te signale que j'écris moi-même en ce moment donc...

Spin-of: Oui, mais cela veut donc dire que tu t'engueules toi-même, auquel cas je te conseil de voir un psy

Nanard: Je n'ai de conseil à recevoir de personnes.

Spin-of: Même pas de toi?

Nanard: Oui c'est bon, continue...

Spin-of: Nous disions donc : Parle-nous de ton blog, pourquoi l'avoir créé et pourquoi le continuer aujourd'hui.

Cyrielle: Je l'ai créé alors que j'étais encore à l'Ecole. C'était dans le but de montrer mon travail à des maisons d'éditions.

Comme je ne savais pas faire un site internet, c'était plus facile de faire un blog.

Finalement, c'est devenu bien plus qu'une « vitrine » de mon travail. C'est un mélange de mon boulot, de ma vie, d'anecdotes et de choses que j'aime. C'est mon chez moi, où je me fais plaisir. Et puis c'est aussi un lieu de partage

avec de nombreuses personnes.

C'est pour ça que je le continue aujourd'hui, parce que c'est mon univers et que j'ai plaisir à le partager avec des gens qui en ont envie ^-^

Spin-of: En tout cas tu fais ça très bien. Et notre nanard national aime vraiment beaucoup te rendre visite. Si jamais tu viens, que t'inspire le blog de Nanard?

Cyrielle : Honte sur moi... J'ai en fait très peu de temps libre tous les jours.

Du coup, je m'accorde 15 minutes le matin pour passer sur mes blogs préférés et ça s'arrête là.

Je dois avouer que je ne passe pas sur ton blog... Non ne me tape pas. Mais je vais venir dorénavant ! Promis !

Nanard: Quoi je ne fais pas partie de tes blogs favoris? Bouhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Spin-of: Et voilà c'est reparti, il faut faire attention avec lui, il a beau être une star mondiale, il en reste très fragile. Tu es une dessinatrice de talent, comment as-tu développé ton art? Combien de Bd/ livre as-tu à ton compteur?

Cyrielle: Merci beaucoup ^___^ J'ai toujours aimé dessiner. Quand j'étais petite, j'étais plutôt solitaire.

Je passais donc pas mal de temps à dessiner dans mon coin et à m'inventer des histoires.

Ce n'est qu'à l'adolescence que j'ai vraiment eu envie d'en faire mon métier. Après mon Bac, je suis rentrée à l'Ecole Emile Cohl pour suivre 4 ans d'études. J'en suis ressortie avec un diplôme en poche et un style de dessin enfin à moi.

Pour ce qui est de mes publications, je dois avouer que je n'ai jamais fait le compte de tout ce que j'ai fait.

Je travaille pour différents magazines (Fleurus presse, Milan presse, Turbulence presse, etc), j'illustre des romans

(Fleurus Acapella, Lito, etc), des livres d'école (Magnard, Editions SED, etc), de la papeterie (Titi Pinson), et toutes sortes de livres. Concernant la BD, je suis en train de terminer le premier volume d'une BD aux Editions Dargaud qui

s'appelle « Tokyo Home ». Ce sera donc ma toute première BD. Elle sera en librairie d'ici quelques mois...

Spin-of: Incroyable ! Quand je pense que Nanard se la pète avec la parution de son petit roman à deux balles. C'est vraiment une belle productivité ;-) Si tu devais résumer Nanard en quelques mots?

Cyrielle: Persévérant, sympathique, drôle ?

Nanard: ça c'est gentil !

Spin-of: Quelle est ta série favorite sur le blog de nanard?

Cyrielle: Non ne me tape pas... -___-'

Spin-of: Bon, ce n'est pas grave je vais t'expliquer: Nanard est un auteur, il a déjà fait paraître un roman et il écrit plein de choses et...

Nanard: oui bon ça va

Spin-of: Quel est ton personnage préféré dans les séries de Nanard?

Cyrielle: Bouhouu ! Je ne sais pas ! ^___^'

Nanard tu n'as pas une question intelligente à poser?

Spin-of: Hé ho doucement, après tout ce sont tes questions. Si tu étais une chanson, une musique, un animal?

Cyrielle: Je ne sais pas si elle me définie vraiment, mais je l'aime beaucoup : « Je l'aime à mourir» de Francis Cabrel.

Une musique ? Euh, c'est pas un peu la même chose ? Un animal ? Un tigre.

Spin-of: oui, ma klet de maître voulait dire film plutôt... Depuis la création de ton blog de quoi es-tu le plus fier et quel est ton plus grand regret?

Cyrielle: En fait, le blog m'a permis d'être plus libre dans ce que je fais et de faire évoluer mon dessin. Contrairement à l'époque où j'étais à l'Ecole Emile Cohl et où on me fixait plein de contraintes, de limites dans ce que je faisais, le blog m'a offert une totale liberté au niveau de mes dessins et des sujets que je traite.

Je peux faire ce que je veux sans qu'on vienne me dire quoi que ce soit. Ce dont je suis le plus fier depuis la création de mon blog c'est donc de l'évolution de mon dessin grâce à cette « liberté ». Ce que je regrette le plus, à l'heure actuelle, c'est de ne pas pouvoir le mettre à jour aussi régulièrement qu'au début.

En plus, il y a de plus en plus de gens qui viennent le visiter et attendent des mises à jour... Dur!

Spin-of: Magnifique ne tout cas. Je crois que tu as donnés envie à des millions de gens de te rendre visite. Pour finir tu as le droit de poser une question à Nanard...

Cyrielle: J'ai été comment?

Nanard: Magnifique. Ce fut un plaisir de te recevoir

Spin-of: Il est temps de nous quitter, à bientôt pour de nouvelles aventures.

Une nouvelle histoire?

Bonsoir, bien qu'à l'heure oùAvant tout, c'est vrai je me fais assez rare, de nombreux problèmes auxquels s'ajoutent une fatigue presque épuisante, font que je suis un peu absent pour le moment. Ce qui ne m'empêche pas pour autant de vous livrer ici quelques informations capitales.

En effet, en pleine écriture de "l'héritage encombrant" j'ai eu une autre idée. J'ai envie d'écrire l'histoire d'un homme, directeur d'une société, qui a un grand besoin d'argent... Comme tout grand patron il bénéficie d'un parachute doré... Malheureusement pour lui la solidarité des employés risque bien de sauver l'entreprise...

Je trouverai cette histoire un peu plus drôle... Si vous avez un avis, je vous écoute ;-)

mar. 19

Ce n'est pas facile tous les jours

c'est une période un peu sombre pour moi... Voilà pourquoi il est difficile de vous poster des billets joyeux.

Sachez en gros qu'on nous a volé, que nous avons faillit mourir étouffé hier soir, que ma maman est hospitalisée, que je souffre d'ulcère et de vertiges, que ma femme a des soucis au boulot et que mon chien n'a mordu personne aujourd'hui...

Bref ce n'est pas la joie et vu comment va se profiler les prochains jours cela ne risque pas de s'améliorer. Voilà pourquoi je m'excuse déjà de mon manque de motivations...

Ceci-dit je ne vous oublie pas pour autant et je vais essayer, rien que pour vous, lecteurs adorés, de vous apporter joie et bonne humeur ;-)

mar. 18

La chute des Mérovingiens 4

Durant les heures ou Eudes d'Aquitaine essayait de convaincre le roi de se joindre à son projet. Plectrude avait regagné, pleine de rage, son hôtel de Herstal. Plectrude n'eut pas le temps de mettre un pied sur le sol de sa demeure, que déjà elle hurlait à tue tête, toujours hors d'elle, elle avait déjà préparé sa vengeance sur Charles.

- Thierry ! Thierry ! Criait-elle d'une voix grave, presque masculine. Mais où est donc ce jeune niait?

Une dame apparu en courant dans le couloir, elle était jeune, vêtue comme une servante et manifestement impressionnée par l'aura de sa maîtresse.

- Monseigneur Thierry est à la chasse il ne restera pas avant plusieurs jours.

Plectrude s'emporta une fois de plus.

- A la chasse? Dans un moment pareil? Mais ne sait-il donc pas que le sort du royaume se joue peut-être.

- Je peux le faire chercher si vous le désirez?

- Et comment? Vous ne l'avez pas encore fait? Voilà déjà un bon instant que je suis ici et il ne sait toujours pas que je l'attends? Mais vous ne serez pas longtemps ma lingère si vous vous conduisez comme une vilaine !

La pauvre jeune fille, après s'être fait sévèrement tancé, repartit en courant, comme elle était venue, la peur en plus.

Toujours en colère, Plectrude se dirigea ensuite vers son petit salon, l'endroit où elle tenait conseil généralement et s'allongea dans le grand lit qui se trouvait au milieu de la pièce.

Plectrude avait le sang chaud, elle était impulsive et violente, mais elle avait une grande intelligence. Elle savait que pour garder une longueur d'avance sur Charles, il fallait agir rapidement. Elle ne resta pas longtemps allongée. Après quelques instants de méditation silencieuse, elle actionna un long ruban de soie reliée à une clochette, l'instant d'après un homme élégamment vêtu entra.

- Madame a sonné? Demanda-t-il avec révérance?

- Je désire faire mes soins apportez-moi mes onguents et de l'eau.

le jeune homme ne put s'empêcher de sourire.

C'était un jeune garçon d'environ dix-huit ans, les yeux bleus, la tête blonde, les épaules larges. Il avait une allure de noblesse naturelle, malgré sa pauvreté, il prenait un soin particulier à son apparence, ce privant régulièrement de nourriture en échange d'un bel ornement.

Depuis qu'il était entré au service de Plectrude, il y a six mois, Hector d'Aix allait de surprises en surprises. D'abord, entré comme valet, sa jeunesse et sa beauté lui valurent de devenir aussi l'amant de Plectrude. Il était plus un jouet qu'un amant, mais ce favoritisme dont il était le bénéficiaire le flattait et l'arrangeait bien. Lui qui était arrivée de la ville de Liège il y a un an sous la recommandation de Monseigneur l'évêque Hubert. Il avait été placé par l'évêque sous la condition secrète qu'il lui fasse parvenir le maximum d'informations. Il avait fait mieux que ça, après tous, les meilleures informations ne se prennent-ils pas dans un lit ?

Hector fit prestement préparer les eaux pour sa maitresse, il donnait ses ordres comme s'il était l'homme de la maison. Chaque fois que Plectrude le faisait appeler son égo augmentait de façon démesurée, il se voyait à tour de rôle prince, puis roi. S'imaginant faire trembler les seigneurs francs rien quand prononçant son nom.

mar. 17

Bildelberg: essai partie 2

- Que me voulez-vous? Demanda finalement Van Harteveld.

- Nous vous avons choisi pour être le prochain président de notre pays.

Benjamin eu un petit rire nerveux. Toujours aveuglé par la lumière qui était dirigée dans sa direction, il parvint néanmoins à distinguer une silhouette. Il apperçu en effet l'ombre d'un homme de corpulence assez forte assis dans un fauteuil visiblement fort confortable.

- Si vous voulez me voir élu, alors votez pour moi dans un mois ou donnez-moi de l'argent pour financer ma campagne. Mais il n'était pas nécessaire de faire tous ces mystères.

Soudain, la lumière s'éteignit, Benjamin mis quelques secondes à s'adapter à la pénombre. Puis le gros spot s'éclaira à nouveau. L'homme repris alors son monologue

- Comme vous le voyez vous êtes un jouet pour nous. Nous pouvons vous aveugler, vous tuer, vous réduire au silence quand nous le désirons.

Cette dernière phrase terrifia Benjamin. Depuis qu'il fait de la politique, il a toujours été entouré par une série de gardes du corps, au début, l'idée d'être la cible d'un déséquilibré l'empêchait de dormir, mais avec le temps il avait fini par se sentir invulnérable, encourager par le professionnalisme de ses anges gardiens;

Hors ce soir-là, Van Harteveld était livré à lui-même et face à un individu plus que menaçant.

-Mais qu'attendez-vous de moi? Fini-t-il par dire

- Nous voulons que vous rejoigniez notre groupe et qu'une fois élu vous dirigiez le pays comme nous vous le conseillerons.

- Et si je refuse? Demanda Benjamin d'un air de défi

L'homme éteignit à nouveau le spot, leva son imposante masse et se dirigea vers Benjamin. Il pouvait maintenant distinguer son visage. Van Harteveld pouvait voir que l'homme qui le menaçait était gros, chauves et portait la moustache, la pénombre l'empêchait de pouvoir distinguer plus clairement. Quand l'homme fut arrivé à sa hauteur, il se pencha et glissa dans le creux de l'oreil:

- Si vous refusez, vous serez détruit.

Bildelberg: essai partie 1

Quand il termina son discours, comme toujours, Benjamin attendait que la salle se vide. Il aimait regarder la foule se dissiper, le sourire aux lèvres. Il resta dans les coulisses de la salle un long moment ne remarquant pas les personnes s'agitant autour de lui pour nettoyer et effacer toute trace de son passage. Il est vrai que son principal rival, le sénateur Beauregard, passerait par la même salle pour haranguer d'autres personnes à voter pour lui. Il expliquerait avec la même passion pourquoi lui ferait un meilleur président que Benjamin.

Dès que le calme fut revenu dans la salle pouvant contenir environ six mille spectateurs, Benjamin Van Harteveld se dirigea vers le pupitre où il avait prononcé son discours. Il commença à ranger ses documents, quand un homme d'une soixantaine d'année l'interpella.

- Beau discours monsieur. Vous avez le vent en poupe, après une soirée comme celle-ci le sénateur Beauregard a du soucis à se faire.

L'homme politique qu'était Benjamin avait l'habitude des gens qui l'accostaient n'importe où et dans n'importe quelle situation. Aussi il ne se trouva pas perturbé devant cet homme.

- Merci Monsieur, j'espère vous avoir convaincu !

- Ce n'est pas moi que vous devez convaincre fit le vieil homme.

Benjamin souris, pensant qu'il faisait allusion à la population. Suposant la conversation close Van Harteveld continua son rangement. Mais l'homme resta planté là sans dire un mot, semblant attendre qu'il s'intéresse à nouveau à lui.

Au bout de quelques minutes, Binjamin eu fini son rangement et s'apprêta à rentrer chez lui. Il fit un signe de la main aux techniciens qui s'affairaient déjà à préparer la conférence du lendemain. Ensuite il prit la direction de la sortie pour se rendre au parking où était garé sa mercedes. Ce n'est que là qu'il se rendit compte que l'homme l'avait suivi. En le voyant dehors, dans une rue déserte et sombre, il paniqua.

- Que me voulez-vous Lança-t-il brusquement.

L'homme resta calme, il sorti de sa poche un téléphone portable et composa il numéro. Il laissa sonner deux fois puis chuchota : "il est là" ensuite il raccrocha et pris la peine de répondre à la question de Van Harteveld.

- Monsieur, dit-il d'une voix douce, Je me nomme Harry Rockyfeid. Vous ne devez pas me connaitre, mais je fais pourtant partie des hommes les plus puissants du monde. Mais me feriez-vous le plaisir d'une petite balade?

A cet instant une roll's noir fit son apparition et se gara juste derrière la voiture de Benjamin. S'il voulait fuir ce ne serait pas en voiture.

- Et si je refuse questionna l'homme politique de plus en plus mal à l'aise?

- Ce serait une erreur, mais naturellement vous êtes libre de votre choix. Comme nous sommes libre de diffuser des photos de vous en compagnie de prostituées.

Benjamin eu un éclat de rire nerveux. Toujours aussi mal à l'aise il pensait pourtant avoir affaire à un vieux fou, riche mais fou certainement.

- Jamais je n'ai trompé ma femme dit-il en agitant les mains comme pour menacer l'individu.

- Possible, c'est même tout à votre honneur. Mais nous avons les photos et des témoins.

Benjamin était vert de rage, il hurla à l'inconnu de le laisser en paix. Ignorant les menaces du vieil homme, il voulut monter dans sa voiture et téléphoner à la sécurité du bâtiment afin qu'on le débarrasse de cet envahissant personnage. C'est alors que l'homme sortit de sa poche un enveloppe contenant une série de photos. Il les lui présenta.

Le candidat à la présidence dû s'appuyer à sa voiture pour ne pas tomber. Ce qu'il voyait l'effraya au plus haut point. Il s'agissait de photos de lui et femmes. Sur toutes ils étaient nus et parfois même dans des positions sans équivoque. Il y en avait pour tous les goûts, avec des hommes, des femmes, des enfants et même des animaux.

- Elles sont réussies pas vrai ? Demanda l'individu.

- Ce sont des faux, jamais je n'ai fait ce genre de choses. Cria Benjamin de plus en plus en colère.

- Naturellement ce ne sont pas de vrai photo, mais les témoins sont vrais. Tous jurerons sur l'honneur que vous avez eu des rapports avec eux. Vous remporterez peut-être un éventuel procès. Mais vous perdrez les élections. Allons ne faite pas l'idiot, nous voulons juste vous parler.

Van Harteveld était vaincu. Il accepta de monter dans la Roll's.

A peine assis, l'inconnu sembla se détendre. Il proposa à Benjamin un verre de champagne que celui-ci refusa. L'homme utilisa à nouveau son téléphone portable. La conversation fut aussi brève que précédemment. Il se contenta d'un "on arrive" puis raccrocha immédiatement ensuite il regarda longuement Benjamin en sirotant son champagne.

- Alors, Monsieur Van Harteveld, vous me semblez stressé. Un futur homme d'état se doit de rester calme. L'homme sourit et se versa une bonne rasade de champagne, si bien qu'après quelques minutes la bouteille était vide.

- Qui êtes-vous? Demanda Benjamin avec rage.

- Pardon, je manque à tous mes devoirs. Je suis Igor Humchen.

Benjamin sembla intrigué. Humchen était l'un des hommes les plus riches du pays. Il possédait un grand nombre de sociétés aux activités les plus variées. Elles allaient de l'industries lourdes aux médias. Bien que possédant l'une des plus grosses chaînes de télévisions du pays, Igor Humchen était pour ainsi dire un inconnu. Certes le monde connaissait son nom, mais très peu de gens connaissaient son visage. Comment était-il possible que cet homme, riche et puissant soit si menaçant avec un candidat à la présidence?

Benjamin se posait mille questions et la peur pouvait clairement se lire sur son visage.

Au bout d'une dizaine de minutes de route la voiture fini par s'immobiliser au milieu d'une grande court entouré de haut bâtiment de béton. On l'invita à sortir et il dut suivre Igor dans l'immeuble le plus haut. La disposition des édifices pouvait rappeler les châteaux du XIVe siècle, mais en plus moderne. Après avoir suivi un long couloir sombre ils durent monter dans un ascenseur qui les menèrent au troisième étage du bâtiment. Là, toujours sans dire le moindre mot, Igor invita son hôte à entrer dans un grand et large pièce totalement sombre. Il lui demanda ensuite de s'asseoir sur un fauteuil en plein milieu de la mystérieuse salle. Benjamin pouvait sentir le regard d'une dizaine de paires d'yeux fixé sur lui. Avec l'obscurité, il ne pouvait distinguer les ombres des personnes présentes, mais il était certain d'être observé.

Soudain, une lumière aveuglante s'illumina dans sa direction. Il fut aveuglé ! la lumière était si forte qu'il lui semblait que même respirer était impossible. Au bout de quelques secondes ses yeux parvinrent à apercevoir une personne se tenant derrière les spots.

- Qui êtes vous? Lança Benjamin effrayé.

- Bonjour Monsieur Van Harteveld. Je suis heureux de vous voir enfin. a voix était métallique, probablement déformée par une machine, si bien que Benjamin pouvait croire qu'il parlait à un ordinateur.

- Je ne peux en dire autant. Lança l'homme politique toujours aussi apeuré.

- Allons, ne soyez pas mesquin. Je vous ai invité ici pour vous proposer un marché.

Benjamin voulu faire bonne figure et essayer de dissimuler sa peur le plus possible. D'une voix tremblante il demanda:

- Que voulez-vous?

- tout comme vous, le désir vous voir gagner les élections. Mais, je veux être certain que si c'est le cas vous respecterez nos convictions.

- Expliquez-vous; demanda Van Harteveld.

- Voyez-vous, je suis membre d'une organisation mondiale qui a pour objectif de déterminer les grandes orientations politiques dans le monde. Je suppose que vous avez entendu parler du Groupe Bildelberg? Vous parlez avec l'un de ses membres en ce moment.

Durant la conversation qui dura une bonne heure, Benjamin appris que le groupe Bildelberg avait choisis tous les présidents de son pays, le groupe influençait sur les prix des carburants, de la nourriture, sur la mode, l'économie, le chômage, les guerres, la musique,.. Bref rien n'échappait à leur influence. Les membres de ce groupe n'avaient qu'un seul objectif, la domination du monde et réaliser un maximum de profit

Jack Bye : Le livre partie 3

Longtemps je me suis demandé pourquoi les policiers bénéficiaient de places de parking plus grandes que l'individu normal. Après avoir vu mon ami, l'inspecteur Blair, se garer dans son emplacement mon esprit logique et vif, me permis de répondre à la question : "Ils ne savent tout simplement pas rouler". Après tout c'est logique, pourquoi voulez-vous qu'ils s'amusent à nous réveiller en pleine nuit avec leurs sirènes au volume maximum, si ce n'était pas pour avertir du danger qu'ils représentent ?

A peine sortis de la voiture de mon inspecteur favoris, je remarquais la silhouette d'une jeune femme cachée dans la pénombre d'une petite ruelle que seule Bruxelles peut connaitre.

- Vous avez-vu? Fis-je en désignant du doigt la jeune femme

mon ami se retourna, regarda dans la direction que je lui avais indiqué et constata avec ironique qu'il pouvait trouver mieux.

-Eh bien mon ami vous manquez de compagnie à ce point-là que vous êtes obligé de me désigner la première vieille dame que vous croisez du regard? Me dit-il dans un grand éclat de rire.

A ma grande surprise, la ravissante petite blonde que mon instinct d'enquêteur avait repéré avait fait place à une dame d'âge mûr et à l'allure la plus quelconque qu'on puisse trouver. J'étais pourtant certain qu'un jeune femme me regardait. D'ailleurs plus j'y repensais et plus j'étais convaincu qu'il s'agissait de Miss Tylor, la personne qu'on cherche a assassiné.

Je n'y pensais déjà plus, quand Blair m'invita à entrer dans l'imposant immeuble de la police. Je le suivis un instant avant de remarquer quelque chose d'étrange, sur le mur de droite du long couloir. Il s'agissait d'un crabe, un beau crabe avec de belles pinces qui se déplaçait avec sa démarche si caractéristique dans ma direction.

- Blair, avez-vous vu cet étrange chose. Criais-je en direction de mon ami

- ce n'est pas une chose, il s'agit d'Hector, c'est un peu notre mascotte. Dit-il sans se retourner

J'aurais pu suivre Blair, continuer avec lui, me rendre dans son bureau, boire une bière, parler de tout et de rien. Mais non, je suis resté avec le crabe, Hector. Il s'est rapproché de moi, il est arrivé à mes pieds et m'a pincé.

A cet instant tout est devenu trouble autour de moi, je sentais le sol se dérober, ma vision s'éteindre doucement. J'avais sombré dans l'inconscience !

Quelques heures plus tard je me retrouvais dans mon lit, seul et avec une série de questions qui restaient sans répondre.

mar. 16

Résultat du sondage

Le pays de Nanard, le plus grand artiste du pays 16.67 % 1

un pays ! qui n'a laissé aucune trace dans le monde 16.67 % 1

ben, c'est un pays quelle question ! 50 % 3

je ne connais pas bien, mais grâce à Nanard j'ai envie de le découvrir 16.67 % 1

Un pays qui dominera le monde... un jour 0 % 0

Nombre de votes : 6

mar. 12

A vous de choisir

Vous le savez, l'univers fantastique de nanard est composé de deux blogs. Il y a celui-ci et l'autre.

Actuellement vous lisez le spin of. Hors le premier blog, l'univers fantastique de nanard, est sur canablog et totalement déserté. J'ai envie de le relancer un peu, voilà pourquoi j'ai eu l'idée de déporter une série de ce blog vers l'autre.

Le tout étant de savoir laquelle. Car il y a plusieurs séries, mais je n'ai que deux yeux pour les lire, me direz-vous.

Je vous propose de choisir, oui oui, toi, lecteur tant aimé. Choisissez vous-même la série qui se retrouvera en exclusivité sur l'autre blog.

Victory

Jack Bye

Mérovingien

La pièce de théâtre

Une nouvelle série.

A vous de voir...

- page 2 de 11 -